dimanche 22 septembre 2013

La météo expliquée: La basse pression frontale

       Avec l'automne qui arrive, les phénomènes convectifs (averses et orages) diminuent. Tranquillement nous retournons vers un cycle météorologique beaucoup plus prévisible marqué par des phénomènes synoptiques, c'est-à-dire des phénomènes à grandes échelles. Parmi les phénomènes à grandes échelles, un de ceux-ci affecte plus particulièrement nos latitudes: La basse pression frontale. Voici comment celle-ci se forme et nous apporte du temps généralement maussade.

Étape 1 - Perturbation du front stationnaire

Les dépressions frontales débutent sur une partie d'un front stationnaire ou d'un front froid qui se déplace lentement.

Lorsqu'une onde courte ou un creux en altitude passe au-dessus du front stationnaire, il y a formation d'une dépression frontale le long de la zone barocline.


Étape 2 - Naissance d'une dépression


       Le premier indice de la formation d'une dépression se manifeste par une chute de la pression en un point du front. Cela provoque un faible mouvement cyclonique. Côté ouest, l'air froid amorce un mouvement vers le sud. Côté est, l'air chaud amorce un mouvement vers le nord.

Le front se transforme immédiatement en front froid à l'ouest et en front chaud à l'est. L'air chaud est alors forcé de s'élever le long de la surface en pente de l'air froid près du front chaud et du front froid, créant ainsi des nuages et des précipitations.



Étape 3 - Dépression à maturité


À ce stade, la dépression a atteint sa maturité. Elle s'est beaucoup creusée depuis la première étape et ses deux fronts sont incurvés dans la direction de leur progression.

On appelle secteur chaud, la partie située entre le front froid et le front chaud. Par ailleurs, les vents se sont intensifiés et convergent vers le centre de la dépression.



Étape 4 - Occlusion et dissipation

Le système dépressionnaire se déplace toujours, mais un très léger ralentissement commence à se faire sentir. Cette étape marque le début du processus d'occlusion.

        En se déplaçant plus rapidement que le front chaud, le front froid le rattrape. Une partie de cet air est alors forcée de s'élever, créant le front occlus. 

   Bien que peu actif, ce front apporte des précipitations en raison de la différence de température entre l'air frais et l'air froid qui suit le front. Il s'ensuit, au centre du système, une remontée de la pression de telle sorte que le système deviendra stationnaire, dans bien des cas, et se dissipera.